Compensation carbone : zoom sur les standards et labels

Qu’est-ce que la compensation carbone ?


La compensation carbone est un mécanisme financier qui vise à soutenir des projets environnementaux en favorisant la réduction ou la séquestration de gaz à effet de serre (GES).

  • La réduction des émissions concerne par exemple l’efficacité énergétique via le financement et la mise en place de projets de développement des énergies bas carbone.

  • la séquestration carbone qui inclut à la fois l’augmentation des puits de carbone naturels comme les forêts, ou artificiels grâce à la technologie.


La compensation carbone est un mécanisme nécessaire et qui doit respecter un certain cadre. En tant qu’entreprise, lorsque vous souhaitez sélectionner un ou plusieurs projets de compensation carbone, il est important de tenir compte de certains standards et labels afin de s’assurer de leur efficacité et sérieux.


Les standards et programmes de compensation carbone


Ces vingt dernières années, des organismes de certification ont vu le jour afin de cadrer et de certifier des projets de réduction ou de séquestration carbone. Ces standards proposent des labels ou programmes qui respectent des exigences en matière environnemental et social. L’objectif de ces standards :

  • Favoriser l’action climatique en proposant des projets de compensation vérifiés et labellisés.

  • Faire en sorte que les émissions de GES, au travers des différents projets, soient vérifiables et mesurables

  • Créer un cadre autour du marché de compensation carbone volontaire

  • Contribuer aux Accord de Paris et participer au déploiement des Objectifs de Développement Durable


Focus sur les principaux standards et labels de compensation carbone :


Verra

verra-logo

Fondée en 2007, Verra est l’un des leaders mondiaux dans la gestion et la création de labels de compensation carbone. Verra regroupe de nombreux programmes de certification pour favoriser le développement durable et l’action climatique. Verra propose à l’heure actuelle 6 normes et programmes :

  • Verified Carbon Standard (VCS) : Il s’agit du standard le plus utilisé au monde, couvrant un large éventail de secteurs, comme les énergies renouvelables, l’agriculture, la forêt, etc. Le processus de sélection des projets est extrêmement rigoureux. Le VCS est centré sur les obligations définies par les normes ISO 14064-2 : 2006, ISO 14064-3 : 2006 et ISO 14065 : 2007.

  • Jurisdictional and Nested REDD+ (JNR) : Le cadre JNR sert de plateforme de comptabilité et de crédit carbone pour les gouvernements afin de guider le développement de leurs programmes REDD+.

  • Climate, Community & Biodiversity (CCB) : ce programme identifie des projets qui luttent contre le réchauffement climatique tout en soutenant les populations locales, les petits exploitants et préservant la biodiversité.

  • Sustainable Development Verified Impact Standard (SD VISta) : ce programme définit des critères pour mettre en œuvre et évaluer des projets qui visent à produire des avantages de développement durable à fort impact.

  • Plastic Waste Reduction Program : ce programme permet d’évaluer l’impact des projets de collecte et de recyclage des déchets plastiques.

  • California Offset Project Registry : une norme pour certifier des projets de compensation carbone en Californie.


Plus de 1800 projets ont été certifiés représentant l’équivalent de 206 millions de voitures retirées de la circulation pendant un an.



Gold Standard

gold standard-logo

La norme Gold Standard a été créée en 2003 par le WWF et d'autres ONG internationales afin de garantir que les crédits carbones issus des projets de réduction soient réels, vérifiables et que la contribution de ces projets au développement durable soit mesurable. Gold Standard s'appuie sur 3 piliers stratégiques : les marchés environnementaux, la durabilité des entreprises et le financement climat + développement. Ce standard vise à mettre en œuvre de nombreux projets de coopération Nord-Sud.


Les projets labellisés Gold Standard n'ont pas qu’un objectif environnemental, ils doivent s’inscrire dans une démarche plus globale en tenant compte des 3 piliers du développement durable : environnemental, social et économique.


Près de 2300 projets répartis dans 98 pays ont été certifiés représentant une réduction de près de 191 millions de tonnes eqCO2.



Mécanisme de Développement Propre (MDP)

ccnucc-logo

Le MDP est un mécanisme de financement de projets de compensation carbone découlant directement du Protocole de Kyoto adopté en 1997. L’un des principaux objectifs de ce mécanisme est de contribuer au développement durable des pays du sud, via notamment le financement par les pays les plus industrialisés de projets qui réduisent ou séquestrent les émissions émises par les pays en développement. Les entreprises provenant de pays qui ont des engagements chiffrés de réduction des émissions de GES peuvent participer au financement des projets dans les pays qui n’ont pas pris d'engagements chiffrés. Les pays industrialisés reçoivent en contrepartie des crédits carbones, aussi appelés “unité de réduction certifiée des émissions” (URCE). Les projets sont validés par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)


Le conseil exécutif du MDP valide et approuve des méthodologies applicables à différents secteurs d’activités comme l’énergie, les transports, le tertiaire ou encore le secteur agricole. A ce jour, près de 250 méthodologies ont été approuvées dans le cadre du MDP. Ces méthodologies ont permis aux autres standards de la compensation carbone de se développer.



Label bas-carbone

label bas-carbone-logo

Le Label bas-carbone a été mis en place par le Ministère de la Transition Écologique en 2019. Tout comme les autres standards, les projets bénéficiant du Label bas-carbone doivent être additionnels. Les projets labellisés se réfèrent à une méthodologie approuvée par le Ministère.. Chaque secteur à ses propres méthodologies, 11 méthodologies ont été approuvées à ce jour (elles concernent notamment le bâtiment, l’agriculture, les transports ou encore le secteur forêt-bois) et une vingtaine de méthodes sont à l’étude.


230 projets sont certifiés Label bas-carbone en France.


En conclusion


En tant qu’entreprise, et une fois votre bilan carbone réalisé, la compensation carbone est l’un des mécanismes qui peut vous permettre de compenser une partie de vos émissions. La sélection des projets de compensation doit se faire en tenant compte des standards et labels existants pour garantir votre démarche.


Bien entendu, la compensation carbone n’est pas suffisante, il faut aller plus loin en établissant un plan d’actions concret et efficace de réduction des émissions.