Bilan carbone et ACV : deux leviers complémentaires pour la mesure d’impact.

Le bilan carbone et l’ACV (Analyse du Cycle de Vie) sont deux outils permettant de mesurer l’impact environnemental des activités et des produits d’une entreprise. Utiles pour mettre en place une politique de développement durable ainsi que pour quantifier et réduire l'empreinte environnemental d’une entreprise ils reposent sur des approches similaires mais sont bien deux méthodes d’évaluation distinctes. Ainsi, selon ses besoins, l’entreprise choisira de se tourner vers l’une des deux solutions ou bien d’allier les deux, pour une analyse globale de son impact actuel. Zoom sur les points communs et les différences entre le bilan carbone et l’analyse du cycle de vie.



Bilan carbone et analyse du cycle de vie : définitions.


Le bilan carbone a été conçu par l’Ademe, l’agence de la transition écologique (ex-Agence de l'environnement et de la maîtrise de l’énergie). Popularisé par le Grenelle de l’environnement qui l’a rendu obligatoire pour certaines structures, cet outil de diagnostic est moins connu du grand public que l’Analyse du Cycle de Vie. Que désignent exactement ces deux notions ?


Bilan carbone : comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre d’un produit, d’une entreprise ou d’un individu.


Le bilan carbone sert à connaître les émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre (GES) d’une activité ou d’un produit. L’analyse porte sur l’ensemble du cycle de vie, et comprend donc aussi bien les matériaux utilisés au départ que l’énergie dépensée lors de la fabrication, de l’utilisation du produit fini ou de son transport. Pour chacun de ces postes d’émissions, les émissions de CO2 (dioxyde de carbone) sont étudiées, mais pas seulement. L’étude porte également sur le méthane, le protoxyde d’azote, l’hydrofluorocarbure, le perfluorocarbure et l’hexafluorure de soufre. Ces cinq derniers gaz sont convertis en équivalent carbone pour un bilan final exprimé en équivalent CO2 (eqCO2). Lors de la réalisation d'un bilan carbone, les émissions de GES sont catégorisées en trois périmètres appelés scope 1, 2, 3.


Analyse du Cycle de Vie : une procédure complète pour étudier les impacts environnementaux d’un produit ou service


L’ACV permet également de connaître l’impact sur l’environnement d’un produit ou d’un service depuis les débuts de sa création jusqu’à sa fin de vie. Plus qu’une méthode de calcul, il s’agit d’une suite d’étapes standardisées à suivre afin d’évaluer au mieux l’empreinte d’un système sur la planète. S’appuyant sur la norme ISO 14044, les étapes sont les suivantes :

  • La définition des objectifs et du champ de l’étude : en précisant notamment pour quelles applications (éco-conception, comparaison ou déclaration environnementale).

  • L’analyse de l’inventaire des flux de matières entrants et sortants à toutes les étapes du cycle de vie.

  • L’évaluation des impacts environnementaux.

  • L’interprétation des résultats en fonction des objectifs retenus. Cette dernière étape est itérative avec les étapes précédentes.

Peuvent aussi bien être étudiées les émissions de GES que la diminution des ressources, la toxicité pour l’homme ou encore l’acidification des océans et des sols.


Quelles sont les différences entre l’analyse du cycle de vie et le bilan carbone ?


Le bilan carbone consiste en une étude mono-critère : celui des émissions de gaz à effet de serre. De son côté, l’ACV évalue de nombreux impacts potentiels d’un produit sur l’environnement et la société, en fonction des flux physiques de matière et d’énergie qui lui sont associés.

Grâce à son critère unique d’évaluation, le bilan carbone est plus rapide à calculer et plus simple à interpréter. L’Analyse du Cycle de Vie entrant plus en profondeur, elle demande une étude plus longue et un travail plus conséquent sur l’interprétation des résultats.


acv-bilan-carbone-kabaun

Quels sont les objectifs de ces deux outils ?


Bilan carbone et ACV permettent donc tous deux aux entreprises de mieux quantifier leur impact environnemental et climatique. Alors que l’économie et la société sont en pleine transition écologique, ces méthodes d’analyse répondent à plusieurs objectifs.


Diminuer ses émissions de gaz à effet de serre

Les GES ont pour conséquence de réchauffer l’atmosphère. Leur concentration dans l’air a fortement augmenté depuis les débuts de la période industrielle, ce qui accélère le changement climatique. Mesurer les émissions liées à ses activités permet, en premier lieu, de mettre en place une stratégie pour diminuer son empreinte carbone.


Obtenir une base chiffrée pour concevoir une politique de développement durable

Bilan carbone comme ACV délivrent des données précises sur les impacts sur l’environnement d’une activité. Ils peuvent servir de base pour mettre en œuvre une véritable politique de développement durable : intégration de valeurs éco-responsables dans la stratégie de l’entreprise, création d’un système de management environnemental ou mise en place d’actions ponctuelles pour l’environnement.


Anticiper une réglementation future

La protection de l’environnement étant de plus en plus au cœur de notre société, s’engager dans une démarche de calcul de son impact sur la planète permet aussi de garder un train d’avance sur les éventuelles réglementations à venir. L’organisation peut mieux appréhender les risques et reste prête à poursuivre son activité, ou bien à saisir de nouvelles opportunités.


Pourquoi l’analyse du cycle de vie et le bilan carbone sont-ils complémentaires ?


Obligatoire pour certaines entreprises mais réalisable par toutes celles qui le souhaitent, le bilan carbone reste le levier le plus simple à mettre en place dans le cadre d’une mesure d’impact écologique. Les données étant uniformisées en équivalent carbone, sa lecture est bien claire et permet d’entamer rapidement des actions de réduction des GES.


Les démarches à suivre doivent cependant être bien réfléchies, de manière à éviter les transferts d’impact. En effet, il est tout à fait possible de réduire le bilan carbone d’un produit tout en augmentant son impact environnemental dans un autre domaine que les gaz à effet de serre. L’Analyse du Cycle de Vie apparaît alors comme un outil complémentaire pour obtenir une analyse plus détaillée des impacts environnementaux de ses produits et activités. Si elle demande plus de temps au niveau de l’interprétation des résultats, elle aide à prendre les bonnes décisions et à réduire globalement son empreinte sur la planète. De l’extraction des matériaux nécessaires à sa fabrication jusqu’à son traitement en fin de vie (recyclage, mise en décharge…), en passant sa production, son transport et son utilisation, tout produit ou service a un impact sur l’environnement.


L'analyse du cycle de vie et le bilan carbone aideront les entreprises à élaborer un plan d’action pour réduire la pollution, protéger les ressources naturelles et limiter le réchauffement climatique. Ces 2 outils sont complémentaires pour mener à bien une stratégie bas-carbone. Ils sont essentiels dans une époque ou la prise de conscience de l’urgence climatique est bien réelle.